Conte des sept corbeaux

  
Complète ce texte en écrivant les réponses dans les rectangles vides ! Tu peux demander de l'aide en cliquant sur le point d'interrogation [?] ou une lettre en cliquant sur le bouton INDICE. L'appel à l'aide coûte des points.
   apprendre      attendre      boire      chercher      délivrer      dire      garder      jouer      l’ondoyer      l’ouvrir      manger      marcher      oublier      ouvrir      prendre      rentrer      revenir      sauver      tomber      trépasser   
Un homme avait sept fils et pas de fille, à son grand désespoir. Sa femme enfin lui en donna une. Leur joie fut grande, mais l’enfant était fort petite et on résolut à à cause de sa faiblesse.
Le père envoya en hâte un de ses garçons de l’eau à la source ; les autres six coururent derrière lui et comme ils se disputaient à qui remplirait la cruche, celle-ci tomba à l’eau. Tout interdits(2) et n’osant pas , ils demeuraient là. Comme ils ne revenaient toujours pas, le père s’impatienta et dit :
-Les coquins doivent à un jeu quelconque qui les retient et leur fait ma commission.
Il craignait de voir sa fille sans être ondoyée et s’écria dans sa colère :
- Je voudrais qu’ils fussent tous les sept transformés en corbeaux !
A peine eut-il prononcé ces mots qu’il entendit un battement d’ailes au-dessus de sa tête et aperçut sept corbeaux tout noirs qui s’avançaient.
Il était trop tard pour sur la malédiction prononcée. Les parents se consolèrent cependant de la perte de leurs fils en voyant leur chère petite fille des forces et gagner en beauté de jour en jour. Elle ignora longtemps qu’elle avait eu des frères, car les parents se gardaient bien de le lui , jusqu’au jour où elle entendit des voisins qu’elle était vraiment jolie, mais qu’elle était cependant cause du malheur de ses sept frères. Elle fut désolée à cette nouvelle et elle demanda à ses parents si elle avait eu des frères et ce qu’ils étaient devenus. Ceux-ci ne purent donc leur secret plus longtemps. Mais ils lui dirent que c’était la volonté du ciel et que sa naissance était la cause involontaire de leur malheur.
Cependant elle s’en accusait quand même et se dit qu’elle devait ses frères du charme qui pesait sur eux.
(...)
L’étoile du matin se leva, lui donna un petit os et lui dit :
- Sans ce petit os, tu ne pourrais pas la montagne de verre, et c’est dans cette montagne que se trouvent tes frères.
La petite prit l’os, l’enveloppa soigneusement dans son mouchoir et continua à jusqu’à la montagne de verre. La porte en était fermée ; elle tira son mouchoir pour y prendre l’os : il n’y était plus, elle avait perdu le présent des étoiles. Que faire ? Elle voulait ses frères et elle n’avait plus la clef de la montagne. La bonne petite sœur prit son couteau, se coupa un de ses mignons petits doigts, le mit dans la serrure et parvint à . Quand elle fut entrée, elle vit venir à sa rencontre un petit nain qui lui dit :
- Mon enfant, que viens-tu chercher ?
- Je cherche mes frères, les sept corbeaux, répondit-elle.
Le nain dit :
- Messieurs les corbeaux ne sont pas à la maison pour le moment, mais si tu veux leur retour, entre.
Le nain servit le souper des corbeaux dans sept petites assiettes et sept petits gobelets, et la petite sœur prit une bouchée dans chaque assiette et but une gorgée dans chaque gobelet ; dans le dernier, elle laissa la bague qu’elle avait apportée.
Elle entendit soudain dans l’air un battement d’ailes accompagné de croassements, et le nain dit :
- Voilà messieurs les corbeaux qui rentrent.
Ils revenaient en effet, et voulant et se mirent en quête chacun de son assiette et son gobelet...